Un complément alimentaire ?

 

     Les OGM pourraient permettre d’améliorer l’équilibre alimentaire. En effet, comparé à la viande et aux œufs, aux produits laitiers, les féculents sont pauvres en acides aminés essentiels. Cependant, ils constituent le principal apport nutritif de beaucoup de populations, principalement les plus défavorisés. C’est donc pour éviter les carences alimentaires que plusieurs projets de recherches ont été mis en place pour transférer des gènes de végétaux codant pour ces nutriments ou de stimuler leur synthèse dans les aliments les plus consommés.

     Par exemple dans le cadre de la commission européenne, des chercheurs belges, israéliens, ghanéens, anglais et sud-africains sont impliqués dans des travaux visant à accroître la teneur en méthionine et lysine, deux acides aminés essentiels qui interviennent dans l’absorption des minéraux, dans le sorgho, grâce à des gènes de maïs et d’orge.

     Les carences en fer sont provoquées par une consommation insuffisante de fruits et légumes, elles touchent tous les pays avec une intensité différente. Les scientifiques cherchent à augmenter la teneur en fer dans les feuilles grâce au génie génétique. Cette expérience à déjà été réalisé sur du tabac de laboratoire. De plus, une équipe suisse a récemment entrepris d’accroître la teneur en fer du riz avec pour objectif final de doubler la quantité de fer assimilable dans une ration de riz.

     Cependant les carences en fer ne sont pas les seuls carences que les OGM pourraient résoudre. En effet le déficit en vitamine A est un problème qui touche chaque année 500000 nouveaux cas. Cette carence en vitamine A affecte le système immunitaire, la croissance et serait également la cause de nombreux décès. Les régions qui sont principalement touché par cette carence sont les régions dont le riz représente 80% de l’apport calorique journalier. Malheureusement, le riz perd beaucoup de vitamines lors du décorticage nécessaire à sa conservation. C’est pour cela que l’internationale Rice Research Institute ainsi que la fondation Rockefeller mène un vaste projet sur la création par transgénèse d’un riz contenant du bêta-carotène (pro-vitamine A) qui est surnommé le « riz doré » . Aujourd’hui des travaux visent à introduire ce caractère dans le riz traditionnel. De plus, d’autres projets portant sur la « vitamine A » ont été mené sur l’huile de colza, l’huile de moutarde mais aussi sur du maïs destiné à la culture en Afrique.

     Les OGM pourraient également accroître les bénéfices santé des aliments. En effet, pour prévenir certaines maladies cardio-vasculaires, les nutritionnistes préconisent les huiles végétales qui sont riches en acide gras insaturés. Par exemple, l’huile de soja comporte des caractéristiques nutritionnelles intéressantes. Malheureusement pour que celle-ci se conserve, il faut lui faire subir un processus industriel qui la dénature. Alors qu’un soja génétiquement modifié (qui est déjà présent aux Etats Unis) permettrait d’éviter cette étape et de produire une huile plus équilibré en acide gras essentiels. Grâce à des travaux australiens, il sera bientôt possible de produire une huile de graine de cotonnier stable et de meilleure qualité nutritionnelle.

 

 

     Certains aliments pourrait prévenir les cancers, les problèmes cardio-vasculaires et la maladie d’Alzheimer. En effet, les plantes peuvent contenir de nombreux composants qui peuvent jouer un rôle sur la santé. La transgénèse pourrait permettre un apport plus important en substances anti-oxydantes (vitamines C et E, pigments caroténoïdes et polyphénols) en désactivant les radicaux libres. Après 10 ans de recherches, une tomate Roma contenant trois fois plus de lycopène pourrait être bientôt disponible aux Etats-Unis. Ce pigment rouge est recommandé pour prévenir les cancers de la prostate, du sein et l’infarctus. De plus, une laitue qui pourrait synthétiser du resveratrol a été crée par des chercheurs de Singapour, cette laitue permettrait de lutter contre le mauvais cholestérol.

     Aux Etats-Unis, les expérimentations sur des OGM pour produire des médicaments ou des vaccins se multiplient. Cependant, la récente contamination de cultures et aliments par des produits transgéniques, inquiète les scientifiques. En effet, cela pourrait démontrer les risques que pourrait causer ces nouvelles plantes « pharmaceutique » et la consommation de médicaments à notre insu.

     Les plantes OGM pourraient théoriquement permettre de produire une plus grande quantité et à moindre coût des produits servant à soigner, il s’agirait de nouveaux produits biologiques avec de nouvelles fonctions curatives. Ainsi, les OGM pourraient permettre de lutter contre certaines maladies. Ces derniers pourront aussi être supplémentées en une molécules vitales ce qui permettrait de lutter contre la malnutrition.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×