Des apports pour la santé ?

     A l’origine de l’agriculture (il y a près de 12 000 ans) jusqu'à aujourd'hui , l’homme a toujours éspérer atteindre le même but : sécuriser ses récoltes et améliorer son alimentation.Depuis la fin du 19e siècle, les méthodes ont subit une grande évolution grâce à la découverte de l’intérêt de croiser des variétés pour en obtenir de nouvelles, cumulant et amplifiant les traits agronomiques les plus intéressants. Aujourd’hui, l’amélioration des plantes se fait dans un laboratoire. On peut à présent transférer un gène d'une espèces à une autre De plus , les sciences du vivant permettent de décrypter le métabolisme des plantes et la composition nutritionnelle des aliments qui sont issus de celles-ci. Synthèse et stockage des sucres, lipides, protéines, vitamines : les chercheurs connaissent de mieux en mieux les gènes qui commandent ces différentes fonctions, celà ouvre la voie à des modifications ciblées de plantes à usage alimentaire. Ils existent quatres axes de recherches qui sont souvent exploités :

-La modification de la teneur en nutriments, en vitamines et en minéraux.

-L’augmentation de la teneur de certaines molécules ayant un effet bénéfique sur la santé.

-La diminution de la présence d’allergènes ou de substances empêchant l’assimilation des nutriments.

-L apport de propriétés jusqu'alors inaccessible par croissement classique.

     Par transgénèse, il est possible d’intervenir sur bien d’autres paramètres alimentaires que la valeur nutritionnelle.Tout en faisant parfois d’une pierre deux coups, par exemple il existe des pommes de terre à destination de l’industrie agroalimentaire américaine, qui ne brunissent pas et absorbent moins de graisses une fois transformées en chips et frites… Cependant l’introduction des Organismes Génétiquement Modifiés (OGM) dans l’agriculture et l’alimentation pose problème. En effet il reste encore des questions sans réponse à propos de la toxicité des aliments et de la relation OGM et allergie. C'est pour cette raison que dans cette partie nous aborderons tout d'abord la question de l'allergénicité dans ces organimses génétiquement modifiés et leur possibilité à réduire les risques d'allergies chez l'homme. Par la suite nous nous demanderons si les organismes génétiquement modifiés peuvent être des compléments alimentaires.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site